to top

De David à Courbet

Impossible de passer à côté : le Musée d’Art Roger Quilliot (MARQ) accueille du 17 mars au 3 septembre 2017 les chefs d’oeuvre du musée des Beaux-arts et d’archéologie de Besançon. Visite guidée.

Aller au MARQ est toujours une source de plaisir et de réjouissance : alors quand les affiches de la dernière exposition temporaire ont fleuri dans Clermont-Ferrand, il suffisait de trouver une date ! Accompagnée d’une amie et de l’héritier #2 (bientôt trois ans, il n’est jamais trop tôt pour se cultiver…), me voilà donc partie fin mars découvrir les 56 joyaux de Besançon (plus ancienne collection publique de France, créée en 1694). L’exposition présentée ici est composée de cinq parties, un préambule autour de Goya et quatre thématiques : la peinture d’histoire, entre néoclassicisme et romantisme, l’éclat du portrait, le goût du pittoresque et les paysages.

« Autour de Goya » présente des oeuvres sombres, violentes et étranges, et notamment deux scènes de cannibalisme. Des tableaux dérangeants et hypnotiques, qui offrent une belle entrée en matière pour la suite.

« La peinture d’histoire » retrace des oeuvres entre néoclassicisme et romantisme. C’est l’occasion de retrouver Géricault, avec notamment des têtes d’étude pour le Radeau de la Méduse, qui rappelle l’exposition de 2012.

« L’éclat du portrait » présente… des portraits, vous l’auriez deviné ! Honnêtement, c’est la partie de l’exposition sur laquelle j’ai le moins « accroché », j’ai été moins réceptive aux oeuvres, à l’exception de l’autoportrait de Courbet. Il m’a vraiment laissé sur place pendant quelques minutes.

On enchaîne ensuite avec « Le goût pour le pittoresque », séquence que j’ai adoré ! Scènes de genre, prises sur le vif, on rentre dans le quotidien de ce qui est digne d’être peint. On part sur des faits modestes, dans des tableaux de moyen ou petit format. C’est à la fois surprenant et rafraîchissant, varié et spontané. Un pur moment de poésie !

On termine sur les « Paysages » : peut-être plus attendus ou communs, mais avec des oeuvres bucoliques,  avec beaucoup de profondeur et dépaysement. Une note de légèreté qui nous emmène loin….

On ne peut que remercier l’équipe du MARQ de nous offrir une si belle exposition, avec des oeuvres de grands maîtres. Alors qu’au 3 septembre, on se rend au musée du mardi au vendredi de 10h à 18h, le samedi / dimanche de 10h à 12h et de 13h à 18h. (fermé le lundi, et les 1ers janvier-mai-novembre / 25 décembre)

(La qualité des photos discutable s’explique par la présence de l’héritier #2, plein d’énergie qu’il a fallu suivre… vite !)

Céline Chouzet

Leave a Comment